Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Usine de Goro

16 Novembre 2010 , Rédigé par voyage sur les iles autour du monde en famille Publié dans #nouvelle calédonie

 L'usine de Goro qui se situe dans le sud au bout de la grande terre de la Nouvelle Calédonie est l'une des plus grande, s'est une vrai ville, avec des logements, écoles, commerces, pompiers, centrale électrique, cet immense...

  IMGP6813

 

UN PEU D'HISTOIRE

 

Vale Inco Nouvelle-Calédonie (du nom de son actionnaire principal Vale Inco, anciennement Goro Nickel) est une entreprise d'extraction de minerai et de production de nickel et cobalt, située dans le sud de la Nouvelle-Calédonie et dont l'actionnaire majoritaire à hauteur de 69%, Inco est aussi le partenaire technologique.

 

Cette entreprise a été créée afin d'exploiter le gisement du plateau de Goro. Pour cela une mine à ciel ouvert sera creusée, un complexe de production de nickel et un port dans la baie de Prony construits.

IMGP6821

 

Cette entreprise a été créée afin d'exploiter le gisement du plateau de Goro. Pour cela une mine à ciel ouvert sera creusée, un complexe de production de nickel et un port dans la baie de Prony construits.

 

Le démarrage progressif du complexe minier et industriel a débuté en 2009, avec une production à pleine capacité prévue en 2013.

IMGP6825

 

Ce projet très important à l'échelle du territoire (2 500 emplois directs ou indirects, soit 5% de la population active, et l'équivalent de 10 à 12% du produit intérieur brut annuel du territoire) a subi de nombreux avatars, prévue à l'origine en 2004, l'ouverture a été

repoussée en raison de nombreux problèmes politiques, environnementaux et économiques.

 

Ainsi, la construction du site a nécessité la destruction de sept hectares de forêts primaires sans accords gouvernementaux ni avec les tribus locales et le site se situe au bord du lagon sud, exposé aux éventuels cyclones.

IMGP6808 

 

L'usine hydrométallurgique permettra de traiter de la "terre rouge" (ou latérite) comprenant des taux de nickel inférieurs à seulement 2% grâce à un procédé récent de lixiviation par acide sulfurique à 60 bars de pression. Ce procédé de traitement chimique de la latérite génère des effluents contenant notamment du cadmium, du chrome VI et du nickel, ainsi que des résidus solides, en particulier du sulfate de calcium (gypse). La société Vale Inco a prévu de rejeter les effluents directement dans le lagon calédonien au moyen d'un émissaire.

 

Ce dernier point a été l'objet d'une vive opposition de la part des associations environnementales et d'une partie des riverains confrontés à une pollution du milieu naturel dont les conséquences réelles sur la santé et l'environnement restent incertaines dans la mesure où le procédé hydrométallurgique n'a encore jamais été industrialisé dans des conditions similaires.

  IMGP6816

Face à la fronde, Vale Inco s'est engagée à respecter les normes de rejet en vigueur au niveau international et à mesurer régulièrement les taux de substances toxiques ou dangereuses à proximité de ses installations de rejets (notamment, le tuyau de diffusion des effluents). Vale Inco a par ailleurs programmé une réhabilitation complète des sites miniers, avec l'utilisation d’espèces locales endémiques.

  IMGP6802

 

 J'ai trouvé cette petite histoire très émouvante sur le net et j'ai voulu vous en faire profité (le profit, toujours le profit !!!!!)

 

Histoire fictive ; Tchako parlant par procuration à son petit-fils.
Mais par procuration, pour qui ? Pour la terre du Sud...

 

 

IMGP6832


 

> Au loin, les poussières de l'usine qui va bientôt démarrer dissimulent les
rayons du soleil sur les terres du sud.
>
> J'avais fait mine d'être arrivé là, devant lui, par hasard.
> Je l´entendais déjà depuis un bon bout de temps. Discrètement, du coin de la
porte, je le regardais en me demandant ce que je pouvais bien lui poser comme
question pour l´approcher.
>
> Il pleurait, il se tenait la tête, il se tirait les cheveux, comme une
personne à qui on enlève une chose de plus chère, comme ces mères durant des
enterrements maudissant je ne sais qui pour leur avoir retirer une partie
d´elles-mêmes.
>
> Je ressentais une présence qui envahissait l´atmosphère, et dans la case, et
près de moi, là à la porte de mon grand-père.
> Je « zieutais » à droite, à gauche, en haut, en bas... ; il y avait bien
quelque chose d´étrange, mais je ne voyais rien.
>
>
> - « Ao, ao, pourquoi tu pleures hein ? ».
> Il a stoppé net. Surpris.
>
> - « Tchépo, tu viens d´arriver ? » me demandait-il.
>
> Dans son regard, je lisais un sentiment de colère et de tristesse. Colère ?
Mais envers qui ? Envers moi pour l´avoir surpris en train de pleurer comme
jamais ? De tristesse ! Rien dans la famille ne laissait supposer que l´on dusse
sombrer dans un tel élan de mal être. Pas de décès connu, pas de grand malade.
Tout le monde avait la santé.
>
> - « Ao, Ao, y´a quoi? Pourquoi t´es comme ça? Je te regarde depuis tout à
l´heure ! J´ai peur quand tu pleures comme ça ! On dirait qu´y a un mort! »
>
> - « Tchépo, ton ao, il n´est pas comme tout le monde, tu sais! Ton ao, il
parle avec la terre, avec le soleil, avec la pluie, avec le vent, avec les
oiseaux et tout ça... Avec la nature, tu vois! Il est comme ça ton ao ! »

 


> Son corps tout entier se mit à trembler. Il ne put s´empêcher de pleurer de
nouveau. Les spasmes de mon ao faisaient même trembler le sol de sa case. Je
reculais, je prenais de la distance. Il me faisait peur.
>
> - « Ao mais arrête, j´ai peur ! Arrête de pleurer! Tu veux que j´appelle les
autres en bas aux champs ? »
>
> - «  Non laisse, sinon je ne vais pas tout savoir ! »
>
> - « Savoir quoi ? »
>
> - « Tout ce que la terre veut me dire aujourd´hui! Elle pleure ! Elle pleure
Tchépo ! C`est pour ça que ao est comme ça !»
>
> En fait, à travers mon grand-père, c´est la terre qui pleurait par
procuration.
>
> Ce n´est pas le hasard qui m´a poussé à être près de mon grand-père.
> La nature et les choses qui nous entourent, l´influence que l´on peut avoir
sur les autres sans leur parler... Je sais que cela existe ! Grand père a ce
don, c´est peut être cela que l´on appelle le sixième sens.
> Grand-père et la terre parlaient. Discutaient ; la terre voulait aussi que je
sois là pour être le témoin de ce qu´elle avait à dire à mon vieux.
>
> - « Ecoute Tchépo, voilà ce que les vibrations de la terre grondent dans mes
oreilles :
>
 Tchako, hier vous avez décidé, sans me consulter, sans m´écouter. Vous ne
m´écoutez plus. Vous êtes égoïstes avec moi. Je vous ai toujours donné ce que
vous vouliez, ce dont vous en aviez besoin. Ma soeur, la mer aussi. Vous vous
êtes battus pour elle, pour éviter de la salir. Mais dans ce combat,
qu´aujourd´hui vous avez perdu, vous avez été aveuglés pour ne pas voir le
malheur qui m´attend, qui voouuuuus attend.
> Je ne suis pas jalouse de ma soeur, la mer ; elle aussi a essayé de vous
convaincre à sa manière de ne pas signer le papier pour le tuyau. Vous ne l´avez
pas écoutée aussi. Pour avoir la paix !!!!  Mais quelle paix !!!
> Le pire, est à venir Tchako. Mes veines ne seront pas épargnées par la boue
salie par l´acide de l´usine.
> Je t´avais prévenu. Mes veines, ces rivières souterraines que tu connais,
amènent l´eau que vous buvez depuis des générations. Tes vieux ont en bu, tu en
a bu, Tchépo et sa génération aussi en boivent, et ainsi de suite.
> J´ai peur pour vous, je pleure pour vous. Je n´aurai pas la force de me battre
pour vous.
> Tu sais les revêtements en plastique que ces hommes ont posé dans les fosses,
soi-disant pour éviter que les boues toxiques ne puissent contaminer mes veines
... benh ces bâches, si elles lâchent et qu´il se mette à pleuvoir très très
fort ! Tu imagines ce qui va se passer ?
>
> - Voilà pourquoi je pleure mon petit! Voilà pourquoi j´ai mal Tchépo! Il est
trop tard pour faire marche arrière mon petit !
> Tes papas et tes oncles ont décidé pour nous. Ils ont signé. Ils ont signé.
Ils ont signé."
>
> Il se tapait le front contre son genou, un genou humidifié et tremblant sous
les spasmes de grand-père qui pleurait toujours.
>
> - "C'est de cela qu'ils discutaient hier sous le faré du conseil des anciens.
Ils sont venus nous dire qu'ils ont signé".
>
> J'aurai bientôt dix ans. Mais j'ai tout compris de ce que grand-père vivait en
ces instants.
> Mon grand père pleure encore et moi avec lui désormais. C'était la
première expérience qui marquait mon initiation,
> pour être l'héritier de son don.
>
> Ce que la terre vient de dire à mon grand-père, c´est que l´on a deux épées de
Damoclès maintenant sur la tête:
>
> - un tuyau qui va déverser des produits chimiques dans la mer, même si dit-on
cela respecte des normes en terme de risque de toxicité;
>
> - des boues issues du traitement des minerais à l'acide sulfurique, qui seront
stockées dans des bassins, même si dit-on le nécessaire est fait pour protéger
la nappe phréatique... mais pour combien de temps? 10 ans, 20 ans, 50 ans.

 
>
> Un jour, il n'y aura plus rien à tirer de la terre. L'usine ne tournera plus.


Qui se souciera de toutes les boues qui se seront accumulées.

 

 Est-ce que mes enfants, les enfants de mes enfants, pourront toujours boire l'eau qui coule dans les veines de la terre du sud.

 

IMGP6844

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bernard & Martine 16/11/2010 23:25



Toujours et toujours le profit, il n'y a plus que cela qui compte.... Plus toujours plus jusqu'à tout abîmer, sans respecter dame nature qui un jour ou l'autre va bien se venger, d'ailleurs elle
commence à se manifester..... Bises



voyage sur les iles autour du monde en famille 17/11/2010 00:21



Et oui on a que se qu'on mérite, à force de tirer plus loin ça devient la cata, bisous